Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

Adapté de Winston Churchill’s Decision-Making Environment
Adapté de Winston Churchill’s Decision-Making Environment
Il y a 69 ans, au printemps de 1940, Winston Churchill a du faire face à tâche ardue. Dès les premières semaines de mai 1940, il comprit rapidement que l’Angleterre serait le dernier recours à la déferlante allemande, car, en quelques semaines, la bataille de France a été perdue et la Royal Air Force y laissa près de 500 combattants. Dans la perspective d’une invasion de l’Angleterre, Churchill dut prendre des décisions qui changèrent à n’en point douter le sort de la future bataille d’Angleterre, car avec seulement 620 pilotes opérationnels, la RAF été bien au deçà de son objectif fixé en 1939, du nombre requis de 1200 pilotes pour gagner un combat aérien.

Afin de maximiser l’utilisation des ressources humaines en nombre limité Churchill a souhaité disposer d’un environnement de prise de décision adapté à cette période difficile.

Plusieurs projets furent lancés (liste non exhaustive)

* Création de centres des opérations identiques dans chaque section du pays
* Déploiement d’un réseau de stations radar à courte et longue portée
* Déploiement d’un réseau de 1000 postes d’observations visuelles (militaires et bénévoles) dans le sud de l’Angleterre
* Création d’une salle des cartes montant en ensemble de KPI et graphiques associés (cf. figure ci-dessous)
* Installation d’une salle de décryptage des codes de l’ennemi par les plus brillants experts dans le domaine
* Création de vues proactives illustrant les intentions de l’ennemi afin d’identifier le lieu ou les ressources (les pilotes) pourraient intervenir
* Transformation de la chaîne d’approvisionnement selon un modèle basé sur la demandes en utilisant les meilleures pratiques (cf. secteur automobiles)


Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
Adapté de Winston Churchill’s Decision-Making Environment

Quelles sont les enseignements que nous pouvons tirer de cet exemple.

o L’utilisation de tableau de bord en temps réel institutionnalise la prise de décision et créée une organisation souple, capable de maximiser l’utilisation de ressources pour soutenir efficacement une concurrence ou une crise ;
o Un système d’alerte précoce et une anticipation des situations futures (pilotage proactif) permet de s’adapter rapidement à l’évolution de la situation ;
o Une vision globale des données disponibles d’une organisation, bien analysées et présentées, favorisent une prise de décision rapide et efficace;
o L’importance de regarder au-delà de la base des indicateurs pour vraiment comprendre et gérer les moteurs de croissance;
o Le système de décision doit être aligné à la stratégie / mission.


En conclusion, le « management cockpit » a toujours été un besoin des décideurs en période difficile, et les cockpits d’aujourd’hui ressemblent à ceux de hier.

Rédigé par par Patrick JAULENT le Mercredi 3 Juin 2009 à 11:39


> A LIRE EN CE MOMENT SUR DECIDEO


Dr Patrick JAULENT



Patrick Jaulent a plus de 25 ans d'expérience en Performance des organisation publiques et privées.


Ancien consultant, professeur.


Plus de 80 projets en pilotage de la performance réalisé.


C'est un Expert en Définition & Exécution stratégique, Tableaux de bord & Indicateurs de performance


Auteurs de plusieurs ouvrages sur ces sujets (Piloter vos performances, édition AFNOR - Méthodes de Gestion comment les intégrer Editions d'organisation - Les leviers de la performance Editions Riscus) et Objectif performance (éditions AFNOR)


Derniers commentaires



RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile