Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

Nous construisons notre propre cercueil !
La semaine dernière, le NASDAQ a été gelé pendant trois heures en raison d’une mauvaise connexion !
Lundi dernier, le plus grand marché de produits dérivés en Europe a été fermé pendant une heure à la suite d'un « pépin » !
Le mois dernier, 14.000 personnes ne pouvaient plus accéder à Internet suite à un banal accident de voiture qui a écrasé un câble.
À la fin de 2006, la plupart des pays d’Asie connurent la même expérience après qu’un tremblement de terre ait sectionné un câble transatlantique.

A l’ère des Smartphones, iPads, et Wi- Fi, il est facile d'oublier que l'Internet est lié aux infrastructures physiques : serveurs massifs logés dans des immeubles de grande taille, câbles à fibres optiques transocéaniques, sans compter les innombrables routeurs et commutateurs qui sillonnent le globe.
Tous les réseaux se développent jusqu'à atteindre un point ultime. Lorsque ce point est dépassé c’est l’accident. Regardons ce qui se passe dans la nature : les colonies de fourmis construisent des fourmilières jusqu’à un certain point avant de se replier, les neurones se multiplient de façon exponentielle dans le cerveau d'un enfant, mais ils diminuent à l’âge adulte.

Le marché boursier est conçu pour être un véhicule, sur le long terme, pour les entreprises qui souhaitent lever des fonds pour se développer, et aux investisseurs pour récolter les fruits de leurs investissements. C’est une bonne chose pour notre économie. Sur le long terme, les marchés sont efficients et augmentent généralement en valeur.

Mais sur le court terme les choses sont "différentes" (pour être politiquement correct)

Dans « Deux tigres sur une même colline » j’ai écrit : l'investisseur moyen joue dans une piscine où la température de l’eau est truquée par un très petit groupe de nageurs. Je pense qu'il devrait y avoir un bassin pour les boursicoteurs à la petite semaine qui parient sur le long terme en plaçant leur argent sur des placements sans risque, comme les obligations d’État, et un bassin pour les requins, ces professionnels adeptes de sports extrêmes qui confondent Wall Street avec Las Vegas.
Les opérations à court terme sont principalement confiées à des traders haute fréquence qui utilisent des algorithmes complexes pour exploiter de micro différences de prix de négociation au cours du temps – non pas en années, en mois ou en jours ... Mais en quelques secondes et voire millisecondes. Et les malheureux gestionnaires de fonds ne peuvent même plus comprendre les algorithmes parce qu’ils changent sans arrêt.
Les ordinateurs dépassent de loin la capacité humaine à calculer et encore moins à prévoir l'évolution du marché, même sur le long terme (cf le Dr David X. Li et sa fameuse copule gaussienne). Et lorsque j’écoute certains journalistes financiers parler de « prévisions de robots » je me dis que nous avons « dépassé » ce point ultime et qu’il nous reste plus qu’à attendre l’accident majeur.

En quelques nanosecondes des milliards de dollars peuvent être perdus ou gagnés ! Ce n’est pas tant la perte ou le gain du billet vert qui m'importe mais les emplois liés à ce dernier.

Extrait du livre « Deux tigres sur la même colline »
Tu vois mon ami, ces soi-disant génies jettent à la figure du monde leurs théories et leurs modèles sans le moindre complexe ni la plus petite once de culpabilité ; ce qui les amuserait le plus, c’est de voir tout exploser à la gueule de ceux qui leur font confiance.

Le 17 mai 2013 - plus de 100 millions de dollars ont changé de mains sans que la population le sache suite à un dysfonctionnement d’un trader haute fréquence. Cet événement n'a pas donné lieu à un accident, mais il ce n’est que partie remise. C’est toutefois ce qui s’est passé lors du krach éclair du 6 mai 2010.

Extrait du livre « Deux tigres sur la même colline »
Steve ne peut s’empêcher de voir en ces mouflets aventuriers de la finance internationale du XXIe siècle, ces savants fous, clones pervers du professeur Cosinus, les véritables coupables de l’effondrement du 6 mai 2010 du NYSE. Le Flash Crash avait révélé à quel point le système financier mondial était devenu dépendant des modèles mathématiques cherchant à quantifier le comportement humain sur les marchés. Il est plus que jamais convaincu qu’un cyber 9/11 serait catastrophique pour les États-Unis….

Rappelez-vous : Chaque fois qu'un réseau passe le point ultime, il n'y a qu'un résultat possible : l'implosion et la mort. Le marché boursier actuel a passé ce point et pour accélérer le processus les hackers en tout genre en profitent.

Bienvenue dans le 21 siècle !

Rédigé par Patrick JAULENT le Mardi 3 Septembre 2013 à 12:35


> A LIRE EN CE MOMENT SUR DECIDEO


Dr Patrick JAULENT



Patrick Jaulent a plus de 25 ans d'expérience en Performance des organisation publiques et privées.


Ancien consultant, professeur.


Plus de 80 projets en pilotage de la performance réalisé.


C'est un Expert en Définition & Exécution stratégique, Tableaux de bord & Indicateurs de performance


Auteurs de plusieurs ouvrages sur ces sujets (Piloter vos performances, édition AFNOR - Méthodes de Gestion comment les intégrer Editions d'organisation - Les leviers de la performance Editions Riscus) et Objectif performance (éditions AFNOR)





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile